Les cahiers de Salomé. Mars à Octobre 2012 : texte, illustrations et mise en forme.

Un jour, en discutant avec ma collègue de SVT on se rend compte qu’on fait la paire. Elle a envie d’écrire une histoire pour les enfants, parce que les 6e qui pensent que les fleurs ça sert juste à l’esthétisme des arbres ça l’angoisse, et moi j’ai envie de dessiner sauf que j’ai pas d’histoire sous la main et j’aimerais bien rentabiliser un peu ma formation. Alors c’est parti, zou, Alexia invente l’histoire d’une petite fille Salomé (tiens, tiens, c’est le 2e prénom de sa fille…) qui passe ses mercredis après-midis chez sa mamie, laquelle va lui faire découvrir un secret de la nature : quand on mange un fruit, en fait on mange la fleur de l’arbre. On se met d’accord sur les grandes lignes des illustrations : elle tient à une héroïne blonde aux yeux bleus (tiens, tiens encore ! Comme sa fille !) et veut des coloris doux. Moi je lui explique comment je vois les choses : une illustration en hauteur, séparée aux 2/3 par un ruban qui joue un rôle important dans l’histoire. En haut, gouache et découpage pour une partie illustration qui reprend les grands moments du récit (pour les plus petits), en bas une partie « cahier de Salomé » sur laquelle on imagine que la petite fille tient un journal où elle rend compte semaine après semaine de ses découvertes. Il y a du coup des écritures scolaires, des dessins style enfantins, des commentaires de fillettes, des découpages. Cette partie est pour les plus grands.

2/3 illustration du récit, un ruban séparateur, 1/3 cahier de fillette.

2/3 illustration du récit, un ruban séparateur, 1/3 cahier de fillette.

On estime la cible de notre album entre 4 et 10 ans et on le teste sur nos enfants (à 2 ans et demi, ça marche, et j’dis pas ça pour faire mousser mon fils !). Les quelques collégiens qui l’ont aperçu sont plus attirés par la partie cahier. Et comme on aime ça, et que l’aspect partage entre l’enfant et l’adulte nous semble essentiel on rajoute même un petit cahier d’activités en fin d’ouvrage dans lequel on retrouve des recettes à réaliser, et des objets (barrette-cerise et abeille en pince à linges) à confectionner. On a notre nombre de pages total : 24, il n’y a plus qu’à décider du format final (24*12 cm). Une autre collègue avec qui je travaille en atelier écriture, Françoise Persiani, auteur de livres jeunesse ) nous aide à faire la mise en page avec Publisher. Merci Françoise !!! Mine de rien, 7 mois se sont écoulés entre l’idée de départ et le fichier électronique. Et on n’a pas bullé.

Publicités

2 réflexions sur “Les cahiers de Salomé. Mars à Octobre 2012 : texte, illustrations et mise en forme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s