Phase finale : l’envoi aux éditeurs

Bonjour-bonjour !

Aujourd’hui, je vais vous parler de la phase la plus attendue et la plus redoutée d’un travail : l’envoi aux éditeurs. Lorsqu’on débute un boulot d’illustration, c’est bien avec l’espoir pas si secret que ça de se faire éditer. Le rêve : tu envoies tes dessins, on te contactes et on te dis « C’est ça que je veux ». Le rêve. Dans la réalité, lorsque je sors de ma bulle imaginaire, souvent, ça ne se passe pas ainsi. J’ai déjà envoyé la maquette de Petit Homme et des Cahiers de Salomé à une cinquantaine d’éditeurs jeunesse, pour un résultat peu réjouissant : une bonne vingtaine d’adresses mail ne fonctionnent pas, sur les trente qui restent j’ai dû recevoir, je pense, une petite dizaine de réponses, toutes négatives. Un seul éditeur m’a fait parvenir une vraie réponse personnalisée, à chaque fois encourageante sur le choix des couleurs ou la douceurs des illustrations, mais ça s’est arrêté là.

Cependant je ne baisse pas les bras. J’ai donc aujourd’hui expédié la maquette du Petit livre des cacas à la même cinquantaine d’éditeurs, les mêmes adresses ne fonctionnent pas et j’ai déjà reçu des réponses automatiques comme quoi « La ligne éditoriale pour 2013 est bouclée » ou encore « vu le nombre vertigineux de manuscrits que nous recevons, cette adresse est momentanément indisponible depuis juin 2013 ».

Bon.

De toute façon, il faut garder espoir, se dire que dessiner c’est s’améliorer, et de toute façon on passera par la case « autoédition », comme pour le précédent. Je vous tiendrais au courant, logiquement on recevra notre petit album pour Décembre !

En attendant, pourquoi pas, une bonne nouvelle d’un éditeur, un vrai…

Oups, ça fait peur...

Oups, ça fait peur…

Anecdote mode : Vous noterez sûrement le petit short en velours milleraies marron que je porte, qui a le double avantage de faire de jolies jambes et de ne m’avoir rien coûté du tout car j’ai oublié de le déposer sur le tapis roulant de la grande surface où je comptais l’acheter. Je m’en suis rendu compte sur le parking, pas avant, promis ! (et ceux et celles qui me connaissent pourront plaider en ma faveur : j’aurais été rouge de honte si j’avais réellement essayé de gruger la vendeuse).

Publicités

4 réflexions sur “Phase finale : l’envoi aux éditeurs

  1. Oh, çà c’est bien vrai, tu n’aurais JA_MAIS au grand JAMAIS pu faire çà … ! je suis même sûre qu’une fois sur le parking, tu as un instant pensé y retourner pour réparer ton erreur 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s