Mémoire d’un poisson rouge

Mémoire d’un poisson rouge : dispo !

Youpi-chouette, ça y est, notre album-accordéon est enfin disponible à la vente. Samedi dernier, c’était bulles bulles bulles !

champagne

Mais pour en arriver à ce mignon petit album plié, façonné, amoureusement entouré de raphia rouge et étiqueté façon petit poisson, ça n’a pas été de tout repos. On a engagé du beau monde et réinventé le taylorisme : toi tu distribues, toi tu plies, toi tu colles, toi tu tiens, mais flûteuh, t’as bougé c’est tout penché, faut recommencer.

à_la_chaine

Ce qui, malgré quelques crises de zut, et assez réussi. Mais loin du compte cela va sans dire (et peut-être en rapport avec le fait qu’on a commencé par trinquer avant d’assembler...). Maintenant  il va donc falloir s’y mettre un p’tit peu chaque jour mais va, c’est pas désagréable.

Pour les points pratiques :

Mémoire d’un poisson rouge, un album de 17*17 cm imprimé sur du très beau papier texturé, 17 * 272 cm une fois déplié. Se lit comme un livre traditionnel ou se dispose en rond, comme une petite mare. A (s’) offrir au prix de 10 euros ou 12 euros avec les frais de port. Petit emballage raphia et étiquette poisson, dédicace possible à l’encre de Chine rouge si tu me donnes un prénom !

A commander via ce blog (contact ou laisser un commentaire sur cet article), ou directement en mains propres auprès d’Anne ou de moi-même. Je mettrais bientôt un agenda des festivals où tu pourras nous débusquer. A très bientôt !

Mémoire d’un poisson rouge : réception

Bloup bloup bloup, le voilà ! Rouge est arrivé un mercredi matin ensoleillé, sous forme de 4 longs paquets de 68 cm de long * 17 cm de large. Et maintenant ?

Reste plus qu’à transformer ces 4 bandes en un album accordéon. Voire ces 600 bandes en 150 exemplaires. Ouais !

montage livre Rouge

Et à ton avis  qu’est-ce qu’on fait demain soir ? On plie, on coupe, on colle. Et on boit des bulles pour fêter ça. Bloup bloup bloup !

Mémoire d’un poisson rouge : la couv’ 3e version

Bonjour à tous,

Eh oui, encore une nouvelle version de couverture, parce que la seconde ne plaisait pas des masses à mon auteure

DSCF1119

C’est Elle !

Et parce qu’en fait, Elle avait bien raison. Le bleu faisait vraiment layette voire papier toilette. Et les rimes en -ette ne sont pas forcément les plus chouettes. Ensuite parce que le titre à la vertical n’était pas hyper lisible. Enfin parce qu’il y a avait redondance entre le dessin et le dernier mot du tire (Mémoire d’un « poisson rouge » rouge. Bof bof).

Donc au boulot encore une fois. Du coup on est parties sur une idée de fond aquarellé, de vert et non plus de bleu, de texture et d’écriture à l’ordi et pas à la main. Ce qui donne :

couv1_finie

Hé, c’est pas mal, non ? Et comme c’est bientôt le Printemps, je vous mets aussi la 4e de couvertre :

couv2_finie

Comme c’est bientôt le Printemps, je me crochète aussi une robe façon arc-en-ciel licorne, un truc improbable de Lady Japonaise, mais on s’éloigne du sujet (je vous la montrerais quand même une fois finie !).

les autres illustrations ont été prises en photo par un photographe professionnel, dans un laboratoire et on  a plus qu’à les attendre, youhou !

Mémoire d’un *poisson rouge* sera donc définitivement un album de Printemps.

Bisous fleurettes, (tequila) sunrise et p’tites abeilles, à plus !

La couverture 2 :

Bonjour-bonjour,

j’ai été un peu absorbée par le travail ces temps-ci : après avoir reçu quelques précieux conseils concernant mes illustrations pour cet album, j’ai tout bonnement décidé de tout refaire de A à Z, chaque illustration, en gardant mon concept de base mais en proposant un fil conducteur différent entre chaque dessin (oublié le papier marbré, welcome la mosaïque de petits ronds ! Aaahhh, la trouilloteuse, le nouvel outil favori de mes nuits !), des illustrations sur 2 pages parfois et en incluant au mieux le texte dans l’illustration pour proposer une lecture plus dynamique.

Pfiou.

Bref, c’est fait.

Et voici la couverture tout juste terminée :

Couv1 001

Les illustrations, elles, sont parties en chair et en papier chez un photographe car le scan, ça pourri tout (la couverture est ici scannée) et les photos c’est assez dur à prendre quand tu n’as pas de matériel à disposition. Elles devraient être chouchoutée dans un beau labo, avec lumières et parapluie, la chance !

Et maintenant, faut que ça avance voire que ça termine ce projet, hein !

Le chemin de fer :

Bonjour-bonjour,

bon, voici un projet qui avance peu à peu. Comme il est question de faire un livre accordéon cela change toute la donne : il faut imprimer les pages de l’album les unes à la suite des autres et non les relier. Ensuite on plie et on obtient soit un livre facile à ranger dans ses étagères, soit un objet à lire autour duquel on doit se déplacer :

La maquette de ce vers quoi on veut tendre

La maquette de ce vers quoi on veut tendre.

Bon, pour de vrai c’est moins simple. La bande finale ferait plus de 2mètres et renseignements pris auprès d’un imprimeur il ne peuvent rien faire au delà de 64 cm. Chaque page de l’album mesurant 15*15cm il faut donc prévoir 3 bandes à imprimer chacune en 150 exemplaires et qu’il faudra réunir par la suite avec du scotch, au verso. Bien. L’imprimeur ne prévoit pas non plus le pliage accordéon. Flûte. Cela dit, il nous propose un rainurage afin de faciliter le pliage à la main. Il va bien bien falloir gérer les espaces pour que les pliages tombent pile sur les séparations de page.

A réfléchir, donc… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, n’est-ce pas un de mes mantras du moment après tout ?

 

La maquette

Bonjour-bonjour,

bon, voici un projet qui avance peu à peu. Comme il est question de faire un livre accordéon cela change toute la donne : il faut imprimer les pages de l’album les unes à la suite des autres et non les relier. Ensuite on plie et on obtient soit un livre facile à ranger dans ses étagères, soit un objet à lire autour duquel on doit se déplacer :

La maquette de ce vers quoi on veut tendre

Bon, pour de vrai c’est moins simple. La bande finale ferait plus de 2mètres et renseignements pris auprès d’un imprimeur il ne peuvent rien faire au delà de 64 cm. Chaque page de l’album mesurant 15*15cm il faut donc prévoir 3 bandes à imprimer chacune en 150 exemplaires et qu’il faudra réunir par la suite avec du scotch, au verso. Bien. L’imprimeur ne prévoit pas non plus le pliage accordéon. Flûte. Cela dit, il nous propose un rainurage afin de faciliter le pliage à la main. Il va bien bien falloir gérer les espaces pour que les pliages tombent pile sur les séparations de page.

A réfléchir, donc… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, n’est-ce pas un de mes mantras du moment après tout ?

L’idée :

Bonjour-bonjour,

aujourd’hui je vous présente mon nouveau projet du moment, un album jeunesse sur un poisson rouge. L’histoire a été écrite rien que pour moi, par Anne Ratsimba, chanteuse, conteuse, musicienne, à un moment où on ne se connaissait pas encore. Cependant, elle avait lu mes précédents albums et cela lui avait inspiré l’histoire de Rouge, un poisson rouge (!) sauvage qui rêve de devenir une grenouille. Le devient-il vraiment ? On ne sait pas, et de toute façon il oublie les choses régulièrement…

Bon. Maintenant qu’on on est bien copines, faudra quand même que je lui demande pourquoi je lui fais penser à un poisson avec des pertes de mémoire…

Voici donc les 2 premières illustrations de ce livre :

blog_rouge1blog_rouge2Je vous ai mis les illustrations par deux car elles permettent de visualiser le fil conducteur de l’album : le plein / le vide, le positif / le négatif. La mare dont il sera question est un rond de papier marbré collé en plein centre tandis que ce qui se déroule à l’intérieur est dans un cercle blanc détouré dans le même papier marbré. L’extérieur est noir, car inconnu pour Rouge et l’intérieur peint à l’encre et à la gouache. Les couleurs ne rendent pas du tout bien avec le scanner, je pense qu’il va falloir passer à l’étape photographie.

Qu’en pensez-vous ? Si vous êtes sage, la prochaine fois, je vous apprendrais à fabriquer du papier marbré qui sent l’homme propre, mais pauvre. Wouhou !

 

Publicités