Tuto : les cadeaux rapido de Noël

Bonjour-bonjour,

toujours dans la veine des étiquettes de Noël, je te propose de réaliser des petits cadeaux rapido pour les fêtes de fin d’année.

Matériel : un joli contenant, des graviers et un bulbe de tulipe ou de la terre et un bulbe de jacinthe, un pique à brochette, du papier recyclé, une page de vieux livre, de la colle.

Comment tu fais ? Tu remplis ton petit pot de graviers et tu poses ton bulbe de tulipe dessus. Ou tu remplis ton pot de terre et tu poses ton bulbe de jacinthe dessus. Jusque là ça va.

Tu découpes des formes rondes avec un ciseau cranteur dans le papier recyclé (ou papier kraft ou carton léger). Tu découpes une jolie forme de fleur de tulipe dans le papier livre, tu colles sur l’étiquette, tu cernes les contours et tu dessines au feutre noir la tige et les feuilles. Attention, si tu as choisis d’offrir des jacinthes, tu dessines une jolie forme de… jacinthe ! Tu colles ton étiquette sur un pique à brochette.

fleurs1

Tu plantes ce pique dans le petit pot cadeau.

Exif_JPEG_420

Tu offres !

 

Publicités

Songes poétiques au fil de l’eau

Se balader dans son territoire. Prendre des photos. Humer, déciller les yeux et rendre comptes de ces évocations. Poétiser son quotidien, inviter à la découverte. A venir : 12 illustrations et 12 haïkus pour chacune des communes du Pays Gentiane.

techniques : collage, peinture, photographie et couture.

carte pays Gentiane 001

 

Arbre à rêver : la couverture

Pardon-pardon,

décidément, ces temps-ci je suis peu présente sur ce blog… Il faut dire que : ma vie est incroyablement remplie (heu, pas plus que la moyenne), je suis partie en voyage (une journée dans le Périgord, ça compte ?), je fais trois milliards de trucs à la fois (comme une maman, quoi), ma fille de 1 an a un carré plongeant naturel blond  vénitien (véridique ! Mais rien à voir avec ce qui me préoccupe). Bon, en fait, pas tellement d’excuses valables.

Pour tout dire, je fignole avec Françoise le livre Arbre à rêver, je tricote un pull Captain America pour mon fils (sans modèle aucun bien sûr, ce serait trop simple. Tuto à suivre pour les tricoteuses), et j’apprends à marcher à ma fille.

Je vous présente aujourd’hui un des 1ers jets de la couverture du livre. Comme c’est une série que je continue, je me suis dit que pour donner un fil conducteur avec le 1er livre existant, que je n’avais pas illustré, il serait sympa de reprendre exactement la même couverture mais en la faisant à ma façon : collage et origami. Voici donc ce que cela donne :

A gauche, arbre à lire. A droite : Arbre à rêver !
A gauche, arbre à lire. A droite : Arbre à rêver !

J’ai donc mis une base d’arbre en collage, puis j’ai rajouté le livre, et les feuilles en origami. J’ai poussé le détail jusqu’à découper toutes les lettres de l’alphabet et à les replacer exactement au même endroit autour de l’arbre que sur la 1ère couverture.

Bémol : je n’ai pas utilisé un papier blanc comme pour les autres illustrations pour réaliser cette couverture : Françoise en voit des vertes et des pas mûres pour la prendre en photo en gardant le côté doré de l’arbre (gouache or) et enlever l’aspect grisâtre du fond. Résultat des courses : je vais devoir la refaire… En fait, je vais redécouper le tout, et je replacerais.  C’est bête, mais il vaut mieux faire les choses bien plutôt que de regretter une fois imprimées.

Et vous, qu’en dites-vous ?

Belle journée, et à bientôt !

Des Zétiquettes et des radizz

Bonjour-bonjour,

oui, bon, on va finir par penser que je marche par fixette : encore des étiquettes (les dernières datent du trimestre passé tout de même, voir les étiquettes mon petit renne de Noël), et encore des radis (Lili Radis, Lili Radis, Lili Radis !!!). Oui mais. Non, pas « mais », en fait, c’est tout à fait vrai.

Donc aujourd’hui je vous propose un atelier que je vais mener auprès d’élèves de maternelle les 3 prochains mercredis, puis lors d’un festival du livre jeunesse à Saint-Junien. En fait, je teste d’abord sur la classe de mon Enfant pour voir ce que ça va donner. Nous allons réaliser des étiquettes-radis en découpage, collage, peinturlurage, et chaque enfant repartira avec un petit pot en verre rempli de terre, dans lequel nous aurons semé quelques graines de radis et planté la fameuse étiquette susnommée.

Du carton + de la colle + de la peinture (partout) + de la terre (par terre) = une étiquette !
Du carton + de la colle + de la peinture (partout) + de la terre (par terre) = une étiquette !

Matériel : de la récup’ avant tout : du carton fin, des piques à brochette en bois (ou des bâtonnets de glace), de la terre, de la colle, de la peinture (noire, vert et rose), des feuilles à dessin, des ciseaux, du scotch ou masking tape, et des pots en verre (je ne remercierais jamais assez la Copine qui m’a fourni d’un coup d’un seul 47 pots en verre. C’était improbable, d’aucun diront bizarre, mais tellement utile !)

DIY : découper dans du carton fin un rectangle de 10*7,5 cm, demander à l’enfant de le peindre en noir. Découper un 2ème rectangle aux mêmes dimensions, toujours dans du carton fin puis l’évider en laissant seulement un pourtour d’1cm (= cadre).

Découper une bande de papier dessin, la diviser en 3 rectangles plus ou moins égaux, on s’en fiche. Demander à l’enfant de peindre (ou colorier au feutre) un rectangle en vert, un en rose et laisser l’autre blanc. Laisser sécher.

Dans le rectangle peint en vert, (faire) découper 3 formes de feuilles de radis. Dans celui rose, (faire) découper une forme de corps de radis (un demi cercle), dans celui laissé blanc une forme du bas du corps de radis (un demi cercle avec un petit filament qui dépasse). Assembler le radis et le faire coller sur le carton peint en noir, puis coller le cadre. (Faire) Rajouter des yeux, une bouche et deux pommettes pour transformer ce petit radis en Lili Radis. (Faire) Scotcher un pique à brochette à l’arrière du carton.

Remplir le petit pot de terre, semer des graines de radis, piquer l’étiquette, arroser, mettre au soleil et voir si ça pousse.

Temps prévu : 20 minutes une demi-heure pour un seul enfant. Là y’en aura entre 8 et 15 à chaque fois donc je leur consacre une heure.

Bien évidemment, c’est jouable avec tous les légumes ou fleurs qui daigneront pousser dans un petit pot de verre, à vous d’imaginer. Alors, qui s’y colle ? Dites-le moi, montrez-moi !