Work in progress

Bonjour-bonjour,

je suis toute contente de te présenter mon album en création du moment. Ce sera un bréviaire des maladies, bobos et tracas infantiles quotidiens. A l’écriture, la fantasque chanteuse du groupe de rock les Whoz’Jack, yeah, ça va donner !

Voici une illustration toute d’actualité : Hagrippe contre Lord Voldemorve, c’est la bonne saison et pour le virus et pour la nuit des livres Harry Potter qui a lieu le 1er février. Wouhou, la pro du calendrier !!!

ill

Les personnages sont encadrés de fil dorés, rehaussés d’une vue grossissante du virus ou de la bactérie qui cause la maladie et seront par la suite nommés dans l’ovale du bas. T’en dis quoi ?

Publicités

Mémoire d’un poisson rouge : la maquette

Bonjour-bonjour,

bon, voici un projet qui avance peu à peu. Comme il est question de faire un livre accordéon cela change toute la donne : il faut imprimer les pages de l’album les unes à la suite des autres et non les relier. Ensuite on plie et on obtient soit un livre facile à ranger dans ses étagères, soit un objet à lire autour duquel on doit se déplacer :

La maquette de ce vers quoi on veut tendre
La maquette de ce vers quoi on veut tendre.

Bon, pour de vrai c’est moins simple. La bande finale ferait plus de 2mètres et renseignements pris auprès d’un imprimeur il ne peuvent rien faire au delà de 64 cm. Chaque page de l’album mesurant 15*15cm il faut donc prévoir 3 bandes à imprimer chacune en 150 exemplaires et qu’il faudra réunir par la suite avec du scotch, au verso. Bien. L’imprimeur ne prévoit pas non plus le pliage accordéon. Flûte. Cela dit, il nous propose un rainurage afin de faciliter le pliage à la main. Il va bien bien falloir gérer les espaces pour que les pliages tombent pile sur les séparations de page.

A réfléchir, donc… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, n’est-ce pas un de mes mantras du moment après tout ?

Mémoire d’un poisson Rouge

Bonjour-bonjour,

aujourd’hui je vous présente mon nouveau projet du moment, un album jeunesse sur un poisson rouge. L’histoire a été écrite rien que pour moi, par Anne Ratsimba, chanteuse, conteuse, musicienne, à un moment où on ne se connaissait pas encore. Cependant, elle avait lu mes précédents albums et cela lui avait inspiré l’histoire de Rouge, un poisson rouge (!) sauvage qui rêve de devenir une grenouille. Le devient-il vraiment ? On ne sait pas, et de toute façon il oublie les choses régulièrement…

Bon. Maintenant qu’on on est bien copines, faudra quand même que je lui demande pourquoi je lui fais penser à un poisson avec des pertes de mémoire…

Voici donc les 2 premières illustrations de ce livre :

blog_rouge1blog_rouge2Je vous ai mis les illustrations par deux car elles permettent de visualiser le fil conducteur de l’album : le plein / le vide, le positif / le négatif. La mare dont il sera question est un rond de papier marbré collé en plein centre tandis que ce qui se déroule à l’intérieur est dans un cercle blanc détouré dans le même papier marbré. L’extérieur est noir, car inconnu pour Rouge et l’intérieur peint à l’encre et à la gouache. Les couleurs ne rendent pas du tout bien avec le scanner, je pense qu’il va falloir passer à l’étape photographie.

Qu’en pensez-vous ? Si vous êtes sage, la prochaine fois, je vous apprendrais à fabriquer du papier marbré qui sent l’homme propre, mais pauvre. Wouhou !

Exposition Lili Radis

Bonjour-bonjour,

aujourd’hui c’est l’inauguration d’une nouvelle page de mon blog, la page consacrée aux expositions. Réalisées à partir d’originaux de mes albums, les expositions peuvent être prêtées à des bibliothèques, librairies, écoles, salons en accompagnement de la mise en place d’un atelier ou d’une séance de dédicace par exemple.

Voici celle que je viens de terminer tout juste, celle avec les originaux de Souris, Lili Radis !

6 des 8 panneaux encadrés de l'exposition Souris Lili radis
6 des 8 panneaux encadrés de l’exposition Souris, Lili radis !

Chaque panneau est composé d’un original, de sa mini-version imprimée et à droite on trouve une bande d’explication qui revient sur un point particulier de l’illustration, que ce soit du crochet ou une technique en lien avec l’histoire.

Un des 8 panneaux de l'exposition autour de l'album Souris, Lili Radis !
Composition d’un panneau de l’exposition Souris, Lili Radis !

Panneau 1 : illustration originale page de titre + crocheter un cadre / panneau 2 : illustration originale 1 + crocheter une maison / panneau 3 : illustration originale 2 + faire germer des graines de radis / panneau 4 : illustration originale 3 + bricoler une étiquette de semis / panneau 5 : illustration originale 4 + crocheter un radis plat / panneau 6 : illustration originale 5 + comment faire sourire un nuage / panneau 7 : illustration originale 6 + réaliser des couverts de dinette / panneau 8 : illustration originale 7 + crocheter une petite fleur.

Chaque panneau est encadré avec un cadre en carton très rigide et décoré avec du papier décopatch. Il n’y a pas de verre car les illustrations originales sont en relief, à cause des parties en crochet (et cela fait moins lourd pour les éventuels frais d’expédition).

Pour plus de renseignements, notamment sur les conditions de prêt, me contacter par… la page contact du blog !

Je rappelle que des albums Souris, Lili Radis ! sont toujours disponibles au prix de 6 euros.

Belle journée à tous !

Tuto : Cadeau de naissance rapido version 2, le hochet

Bonjour-bonjour,

un petit tuto aujourd’hui, pour un cadeau de naissance réalisé en à peine plus de 2h, une fois tout le matériel rassemblé.

Qu’est-ce qu’il faut ? Comme sur la photo : un anneau en bois, 2 grelots, du coton ou de la laine de couleur assorties, des rubans, un crochet (pour moi n°3,5), ciseaux, aiguille, fil de couture.

Comment tu t’y prends ? Tu fais chauffer ton thé, si nécessaire tu fiches le bébé à la sieste, et tu te cales bien dans le canap’ avec tout à portée de main (trop ^dommage d’avoir à te relever).

On commence par l‘habillage de l’anneau en bois. Choisis 2 couleurs qui te plaisent. Monte 10 mailles en l’air et crochète 3 rangs en demi-brides. Change de couleur, crochète 3 rangs en demi-brides, rechange jusqu’à obtenir 5 bandes de couleurs. Arrête et couds autours de l’anneau.

On continue par les poissons : j’ai pris en exemple les sardines que l’on retrouve sur le blog de Steph et sa boite à belette, mais j’ai raccourci car je n’aurais pas eu assez de fil.

2 m en l’air
R1 : 4 ms dans 1ère m
R2 : 2 ms dans la m suivante, 1ms dans suivante répétez – vous aurez alors -6m-
R3 : 2ms dans m suivante, 1ms dans chacune des 2 m suivantes à répétez pour obtenir 8m
R4 : 2ms dans m suivante, 1ms dans chacune des 3m svtes répétez -10m-
R5 : 2ms dans m svte, 1ms dans chacune des 4m svtes répétez – 12m-
R6 au R10 : demi-bride dans chaque ms -12m- Insére le grelot dans la tête puis  rembourre ta sardine avec bourre pour peluche.
R16 : diminuer : diminution jusqu’à la dernière maille. Arrête dernière maille en passant un fil dedans.
Queue de la Sardine :
2m en l’air
R1 : 10 ms dans 1ère m -10m-
R2 : 2ms dans chacune des ms du tour précédent -20m-
Arrêtez votre fil. Plie en 2 le rond et couds les deux parties l’une sur l’autre avec le même fil. Assemble au corps de la Sardine.

Crochète 10 mailles en l’air, puis un rand de mailles serrées dans chaque maille en l’air. Arrête et couds autours de l’anneau en bois. Cela fait, couds ton poisson dessus.

Couds avec du fil et une aiguille les rubans autours de l’anneau en bois.

Et voilà, c’est fini ! Et voici ce que ça donne :

Avant / après
Avant / après

Maintenant tu peux te lever, normalement asteur ton bébé est réveillé ! A bientôt, pour une nouvelle mini-famille en tissus.

 

Mini-famille de gâteau de mariage

Bonjour-bonjour,

Aujourd’hui je vous présente ma dernière réalisation :

mariage_caro

un peu de couture + un peu d’illustration + des piques à brochette = une mini famille en tissu à planter sur un gâteau de mariage. Voici donc Caroline, Antony, Basile et Bertille. C’était une surprise pour les mariées, mais connaissant bien ma copine la future Madame, je me doutais que le dessert ne serait pas traditionnel. En glanant l’info indispensable, j’ai donc pu au dernier moment raccourcir les piques à brochettes afin que chaque membre de la mini-famille puisse être planté… dans un cupcake coloré ! Hummm, la crème colorée… Le cadeau a fait son petit effet, je regrette juste que le Marié ait perdu 3 bons centimètres de jambes lors de la couture, les proportions eut été nettement mieux respectées… Je tenterai une autre technique pour les bras et les jambes la prochaine fois, car là c’était vraiment la galère à tout retourner et remplir avec de la bourre à peluche.

Tous mes vœux de bonheur pour les mariées et leurs mignons rejetons !

Bientôt, une 2e série de mini-famille en tissu, dans un genre différent et avec, cette fois-ci, des explications.

Mon sac Sioux 3/3

Suite et fin de l’aventure Sioux. Maintenant, pour quand on ira là-bas :

Trois tipis dans la nuit. Et un sac qui claque en plein jour !
Trois tipis dans la nuit. Et un sac qui claque en plein jour !

Toi et moi, on sera parée !

La fin du tuto : réaliser au crochet et avec la même laine l’épaisseur du sac : monter 20 mailles en l’air au crochet n°5, et faire 2 rangs de demi-brides. À réaliser en 2 exemplaires, et à coudre au sac (j’utilise un crochet plus petit, et des mailles serrées).

Pour la bride, on fait tout pareil : des mailles en l’air au crochet n°5 sur la longueur souhaitée, puis un retour en demi-bride. Ensuite j’ai utilisé un crochet plus fin, une laine plus foncée et j’ai crocheté un tour complet en demi-bride. Arrête tout, rentre tes fils et attache ta bride à ton joli sac

J’ai fini en rehaussant les côtés du sac par un rang de mailles serrées avec la laine plus foncée, pour contraster. Et toi ?

Mais d’après moi il manque un petit quelque chose sur le devant du sac : broderie de plumes ? Mini attrape-rêves ? Vraiment j’en fais toujours trop et je devrais m’arrêter là ?

J’espère que mon tuto t’aura servi, je ne suis pas contre quelques photos de réalisation, ça fait toujours plaisir !

A bientôt, pour tout autre chose…

Tuto : mon sac Sioux, 2/3

Bonjour-bonjour,

voici la suite de la saga Amérindienne de l’été, parce que des fois on se retrouve là :

De gauche à droite : Perle de rosée, Graine de bison et Yakari. Sur la 1ère image tu peux apercevoir la main de Queue de Coton.
De gauche à droite : Perle de rosée, Graine de bison et Œil d’Aigle. Sur la 1ère image tu peux apercevoir la main de Queue de Coton.

Matériel :

Deux rectangles de tissu pour la doublure (42*23 cm et 12*22 cm), une fermeture éclair, un morceau de biais de couleur assortie au tissu, un morceau de cuir préalablement frangé.

Comment on fait ?

T’es prête ? Tu couds le biais sur la partie la plus large du petit rectangle (n°1). Tu définies les largeurs de pochettes qui te seront utiles à l’intérieur du sac (perso 8 cm pour le téléphone, 3,5 cm pour le stick à lèvres et le reste pour le permis de conduire, la carte d’identité et un petit carnet), tu positionnes le petit morceau de tissu  à 20 cm du haut du grand, biais en haut, puis tu couds les coutures verticales des pochettes (n° 2, 3 et 4). Pense raccourcir la profondeur de la pochette n° 3 par une couture horizontale (sinon c’est la galère pour récupérer ton stick à lèvres !). Tu fais un rentré intérieur sur le bas du petit rectangle et tu couds.

Tu positionnes ta fermeture éclair dans la partie haute rectangle de tissu (n° 5. C’est là que tu rangeras désormais tes serviettes hygiéniques et tes tampons. Ça sera plus jamais la loose quand tu veux juste sortir un crayon de ton sac et que tout s’étale). Tu couds tant bien que mal (plutôt mal pour ma part).

Tu fais des rentrés sur les 4 côtés du grand rectangle et tu prends « en sandwich » les côtés du petit rectangle, tu repasses bien (là c’est important).

Tu positionnes ton tissu sur le rectangle crocheté les soirs précédents, tu mets tes piquettes et tu commences par coudre la longueur de gauche. Tu continues par le bas, la longueur de droite et là tu n’oublies pas d’insérer ta frange en cuir entre la partie crochetée et le tissu de doublure intérieure (n°6). Tu dis bien des gentilles choses à ta machine à coudre, tu pries pour avoir assez de fil dans ta canette et pour ne pas casser ton aiguille, tu termines.

Pfiou, quand même, t’as bien sué, tu mérites d’arrêter là pour cette fois. Si le cuir dépasse, tu le coupes. Si l’envie t’en prends, tu commence déjà à ranger des p’tites affaires dans les pochettes. C’est cute !!!

Suite et fin la prochaine fois, c’est l’été indien…

 

 

Tuto : Mon sac sioux, 1/3

Bonjour-bonjour,

Aujourd’hui je te propose un petit projet estival, à suivre cet été, parce que des fois on se retrouve comme ça :

Dans la famille Sioux, je demande le père, la mère, le fils et la fille
Dans la famille Sioux, je demande le père, la mère, le fils et la fille (mais si, cachée derrière sa sucette !)

Or ce jour là, il me manquait le petit sac qui va bien. Nuuuuul ! Ça t’est aussi arrivé ? Pas de soucis, on va se le faire pour la prochaine fois !

Matériel :

2 pelotes de laine ou coton de couleur naturelle, un crochet n° 5 pour aller vite, une chute de cuir taillée en franges, du tissu assorti pour la doublure.

Comment faire ?

Avec le crochet, monter 29 mailles en l’air. Tourner puis crocheter un long long rectangle en demi- brides (pour ma part 42 cm de long).

Hey, c’est déjà la fin de la 1ère étape, et ça te prendra bien 2 ou 3 soirées télé.

Pour la prochaine fois, vérifie bien que ta machine à coudre est de bonne humeur. À bientôt !

 

 

Atelier tuto « A l’ombre de mon arbre »

Bonjour-bonjour,

voici le dernier atelier de la saison, présenté lors de la fête du bois de Liginiac, dimanche dernier. Et bien sûr toujours en rapport avec notre album Arbre à rêver que nous dédicacions sous une chaleur torride. Bon que faut-il pour réaliser ce petit tableau champêtre ? Et bien une cartonnette, qui fera office de fond. On peut la peindre avant, ou non. Du papier coloré un peu épais pour faire l’arbre, des petits carrés de papiers colorés pour faire les feuille en origami, de la ficelle, des éléments naturels récoltés dans la nature (petites branches, galets, écorce…) pour le décor.

Après c’est tout simple : on dessine son arbre, on le colle. On réalise moult feuilles colorées que l’on colle autours de l’arbre. Avec les galets, on fait soit un personnage, un animal, un ballon qui s’envole… et on complète le dessin avec un marqueur. Avec les branches on invente un décor. En une bonne demi-heure, c’est fait, à partir de 5 ans. Et la condition sine qua non pour que fonctionne cet atelier : de la colle liquide qui colle et vite, indispensable !

Voici quelques photos :

Oh les p'tits enfants appliqués !
Oh les p’tits enfants appliqués ! Ouh, mais on le connaît le p’tit dernier…
Peau de pêche + sourires enjôleurs = signes d'un atelier réussi !
Peau de pêche + sourires enjôleurs = signes d’un atelier réussi !

Mon p’tit truc en plus : pour faire tenir le pliage des feuilles origami, rien de tel qu’un petit peu de scotch double face.Hey, l’air de rien voilà que je me dévoile à toi Lecteur !

On a donc eu des arbres rouges, bleus et marrons, des chats, des ballons qui s’envolent, des hamac, une cabane tout bois avec porte et fenêtre, un dormeur dans un arbre. C’est qu’ils sont inventifs ces petits ! Par contre comme il n’était pas prévu d’horaire précis pour l’atelier  on a eu sur la journée 2 X 2 enfants, puis 8 d’un coup, à un quart d’heure de la fin. Hé oui, on peut pas prévoir…

Belle journée, bel été ! Le prochain article sera plus… sioux !