Mémoire d’un poisson Rouge : le chemin de fer

Publicités

Exposition Lili Radis

Bonjour-bonjour,

aujourd’hui c’est l’inauguration d’une nouvelle page de mon blog, la page consacrée aux expositions. Réalisées à partir d’originaux de mes albums, les expositions peuvent être prêtées à des bibliothèques, librairies, écoles, salons en accompagnement de la mise en place d’un atelier ou d’une séance de dédicace par exemple.

Voici celle que je viens de terminer tout juste, celle avec les originaux de Souris, Lili Radis !

6 des 8 panneaux encadrés de l'exposition Souris Lili radis
6 des 8 panneaux encadrés de l’exposition Souris, Lili radis !

Chaque panneau est composé d’un original, de sa mini-version imprimée et à droite on trouve une bande d’explication qui revient sur un point particulier de l’illustration, que ce soit du crochet ou une technique en lien avec l’histoire.

Un des 8 panneaux de l'exposition autour de l'album Souris, Lili Radis !
Composition d’un panneau de l’exposition Souris, Lili Radis !

Panneau 1 : illustration originale page de titre + crocheter un cadre / panneau 2 : illustration originale 1 + crocheter une maison / panneau 3 : illustration originale 2 + faire germer des graines de radis / panneau 4 : illustration originale 3 + bricoler une étiquette de semis / panneau 5 : illustration originale 4 + crocheter un radis plat / panneau 6 : illustration originale 5 + comment faire sourire un nuage / panneau 7 : illustration originale 6 + réaliser des couverts de dinette / panneau 8 : illustration originale 7 + crocheter une petite fleur.

Chaque panneau est encadré avec un cadre en carton très rigide et décoré avec du papier décopatch. Il n’y a pas de verre car les illustrations originales sont en relief, à cause des parties en crochet (et cela fait moins lourd pour les éventuels frais d’expédition).

Pour plus de renseignements, notamment sur les conditions de prêt, me contacter par… la page contact du blog !

Je rappelle que des albums Souris, Lili Radis ! sont toujours disponibles au prix de 6 euros.

Belle journée à tous !

Tuto : le casque-masque oreille de lapin

Bonjour-bonjour,

Aujourd’hui est un grand jour, je vous offre un tuto qui n’est pas de moi mais bel et bien de mon fils, Le Liot, 4 ans 3/4, qui nous a réalisé en 12 minutes chrono juste avant le repas du soir un « casque-masque-oreille-de-lapin-pile-à-sa-taille ». Trop mignon.

N’allez pas croire, il y a des explications en sus ! Mot pour mot : « Ben j’ai pensé très fort à Gros Pois et Petit Pois, j’ai colorié mes oreilles et j’ai découpé une bande scotchée pile à ma taille de tête pour avoir les oreilles devant. Et j’ai plié une oreille en deux pour qu’on m’appelle Oreille Tombante« .

 

Un peu de sérieux : le designer qui masque-casque-oreilles-de-lapin en habits chics
Un peu de sérieux : le designer du masque-casque-oreilles-de-lapin en habits chics

A la maison, autant vous dire qu’on est un peu fier !

PS : l’opération du pliage de l’oreille en 2 a été réalisée APRES la photo…

Des Zétiquettes et des radizz

Bonjour-bonjour,

oui, bon, on va finir par penser que je marche par fixette : encore des étiquettes (les dernières datent du trimestre passé tout de même, voir les étiquettes mon petit renne de Noël), et encore des radis (Lili Radis, Lili Radis, Lili Radis !!!). Oui mais. Non, pas « mais », en fait, c’est tout à fait vrai.

Donc aujourd’hui je vous propose un atelier que je vais mener auprès d’élèves de maternelle les 3 prochains mercredis, puis lors d’un festival du livre jeunesse à Saint-Junien. En fait, je teste d’abord sur la classe de mon Enfant pour voir ce que ça va donner. Nous allons réaliser des étiquettes-radis en découpage, collage, peinturlurage, et chaque enfant repartira avec un petit pot en verre rempli de terre, dans lequel nous aurons semé quelques graines de radis et planté la fameuse étiquette susnommée.

Du carton + de la colle + de la peinture (partout) + de la terre (par terre) = une étiquette !
Du carton + de la colle + de la peinture (partout) + de la terre (par terre) = une étiquette !

Matériel : de la récup’ avant tout : du carton fin, des piques à brochette en bois (ou des bâtonnets de glace), de la terre, de la colle, de la peinture (noire, vert et rose), des feuilles à dessin, des ciseaux, du scotch ou masking tape, et des pots en verre (je ne remercierais jamais assez la Copine qui m’a fourni d’un coup d’un seul 47 pots en verre. C’était improbable, d’aucun diront bizarre, mais tellement utile !)

DIY : découper dans du carton fin un rectangle de 10*7,5 cm, demander à l’enfant de le peindre en noir. Découper un 2ème rectangle aux mêmes dimensions, toujours dans du carton fin puis l’évider en laissant seulement un pourtour d’1cm (= cadre).

Découper une bande de papier dessin, la diviser en 3 rectangles plus ou moins égaux, on s’en fiche. Demander à l’enfant de peindre (ou colorier au feutre) un rectangle en vert, un en rose et laisser l’autre blanc. Laisser sécher.

Dans le rectangle peint en vert, (faire) découper 3 formes de feuilles de radis. Dans celui rose, (faire) découper une forme de corps de radis (un demi cercle), dans celui laissé blanc une forme du bas du corps de radis (un demi cercle avec un petit filament qui dépasse). Assembler le radis et le faire coller sur le carton peint en noir, puis coller le cadre. (Faire) Rajouter des yeux, une bouche et deux pommettes pour transformer ce petit radis en Lili Radis. (Faire) Scotcher un pique à brochette à l’arrière du carton.

Remplir le petit pot de terre, semer des graines de radis, piquer l’étiquette, arroser, mettre au soleil et voir si ça pousse.

Temps prévu : 20 minutes une demi-heure pour un seul enfant. Là y’en aura entre 8 et 15 à chaque fois donc je leur consacre une heure.

Bien évidemment, c’est jouable avec tous les légumes ou fleurs qui daigneront pousser dans un petit pot de verre, à vous d’imaginer. Alors, qui s’y colle ? Dites-le moi, montrez-moi !

Lili Radis, il est sorti !!!!

Eh oui, depuis quelques jours déjà les exemplaires de mon tout dernier petit album enfantin « Souris, Lili-Radis » sont arrivés et gardés bien au chaud à la maison. En attendant d’en trouver d’autres, de maisons !

Il se présente donc sous forme de format à l’italienne (21*14,5 cm), couverture brillante, 24 pages d’histoire et d’illustrations au crochet et en montage photo et avec, comme bien souvent, des idées d’activité à faire avec les enfants.

Tiens, d’ailleurs voici sous quel format je dois envoyer la couverture d’un album à l’imprimer : à part et à plat. Les renseignements de la 4ème de couverture sont sur la partie gauche tandis que ceux de la couverture sont à droite.

Une couv' certes, mais de la mode, toujours !
Une couv’ certes, mais de la mode, toujours !

Bref, aujourd’hui, pour fêter cette bonne nouvelle, je vous propose donc un petit tuto pour réaliser un radis au crochet (c’est une des activités que l’on peut retrouver à la fin du livre) :

Craquante Lili Radis
Craquante Lili Radis

Matériel : * restes de coton rose, blanc, vert, * fil à broder noir, * un crochet de taille adaptée au coton, une aiguille à coudre

Corps du radis : Monter une chaînette de 6 mailles en l’air avec le coton blanc, la continuer sur 9 mailles en l’air avec le coton rose. Le corps de Lili-Radis se crochète en tournant autour de cette ligne de base.

R1 : faire 1 maille serrée dans la 2e maille à partir du crochet, puis une autre dans la suivante. Faire 1 demi-bride dans la maille en l’air qui suit, puis 1 bride dans les prochaines mailles en l’air de la chaînette de base. Reprendre le fil blanc, faire 1 bride dans les 3 prochaines mailles, puis 1 demi-bride dans la suivante et 1 maille serrée dans celle d’après.

R2 : On arrive au bout de la chaînette de base, il faut donc continuer de l’autre côté selon le même schéma, en miroir : 1 maille serrée, 1 demi-bride, 3 brides. On reprend le fil rose : 6 brides, 1 demi-bride, 1 maille serrée.

Arrêter le travail, rentrer les fils, laisser un petit bout de fil blanc dépasser du bas du radis.

Feuilles de radis : C’est le même principe que pour le corps : une chaînette de base autour de laquelle on tourne.

Monter une chaînette de 12 mailles en l’air avec le coton vert.

R1 : Crocheter 1 mailles coulée dans les 3 premières mailles à parti du crochet (c’est la partie étroite de la feuille), puis 3 mailles serrées, 3 demi-brides, 2 brides.

R2 : On arrive au bout de la chaînette de base : crocheter 4 brides dans la dernière maille de la chaînette puis continuer de l’autre côté, en miroir : 2 brides, 3 demi-brides, 3 mailles serrées.

Arrêter le travail, rentrer les fils.

Il faut crocheter 3 feuilles identiques puis les coudre en haut du corps du radis (c’est la partie rose !). Pour donner de l’expression à Lili-Radis, prendre une aiguille et du fil à broder noir et lui broder des yeux et une bouche souriante. Voilà, il ne reste plus qu’à coudre Lili-Radis sur un T-shirt, un pyjama ou un bavoir pour un résultat… vraiment craquant !

 Maintenant que vous avez votre radis, vous voulez l’album assorti ? Il faut donc soit me contacter directement, soit en passant par le biais de ce blog.

Ah oui, une dernière chose, le prix : vous aurez votre Lili-Radis pour 6 euros cette fois-ci !

Belle journée à vous,

Plaque de porte champêtre : le tuto 1/3. L’étoile.

Bonjour-bonjour,

plus que quelques petites journées pour moi à profiter de mon congé maternité, lundi c’est la grande reprise… Alors j’en profite pendant les -courtes- siestes pour réaliser un tout dernier bricolage, une plaque de porte pour la Petite Pucette. Je me suis grandement inspirée des superbes réalisations de Créenfantin, que je vais bidouiller à ma sauce couture/crochet. Et je vous propose un tuto en trois parties, pour réaliser une jolie plaque de porte champêtre. Aujourd’hui, on fait l’étoile qui débute la plaque.

Réaliser une étoile à 5 branches au crochet :

Matériel : un crochet n° 4 pour de la laine beige et un crochet n° 3 pour de la laine de couleur contrastante (orange pour moi)

Technique : directement inspirée de ce qu’on trouve sur le net, notamment chez Mamalouga. ml = maille en l’air, mc = maille coulée, ms = maille serrée, br = bride

R1 : Avec la laine beige, réaliser 6 ml (ou cercle magique). Fermer avec 1 mc.
R2 : faire 3 ml puis 19 br. Fermer par 1 mc dans la 3ème ml du départ du rang.
R3 : 3ml puis 2ml * 4br suivie de 2ml* répéter 4 fois
de *à* puis faire encore 3br et fermer par 1 mc dans la 3ème ml du départ du rang.
R4 : 1mc dans l’arceau du rang précédent, 1ml puis 1ms dans le même espace des 2ml du rang précédent
1ère branche : 2ml, 3br, 2br rabattue en 1, 2ml
Retourner l’ouvrage, faire 1br, 2br rabattue en 1, 2ml
Retourner de nouveau l’ouvrage, faire 1br, 3ml puis en redescendant le long de la branche : 1ms dans le pied de la br, 2ml, 1mc, 2ml
et 1 ms dans l’arceau formé par les 2ml du rang précédent.
Répéter pour les 4 branches suivantes et finir par une mc.
Tour de l’étoile : prendre la couleur contrastante et faire des demi brides tout le long de l’étoile. Attention : à chaque sommet de branche faire 3 demi-brides dans la maille et à chaque base de branche remplacer par une maille coulée.
Rentrer les fils, bloquer l’étoile à l’aide d’un chiffon humide et d’un fer à repasser.
Voilà ce que cela donne pour nous :
Tuto de l'étoile au crochet, base de notre plaque de porte
Tuto de l’étoile au crochet, base de notre plaque de porte
A bientôt, pour la 2ème partie du tuto où il sera question de crocheter un mouton ! Bonne semaine !

 

Lili Radis : d’où viennent les idées…

Bonjour-bonjour,

hé oui, parfois les idées tombent du ciel, ou plutôt de la bouche des enfants. Voici la petite historiette qui m’a poussé à prendre mon crochet pour narrer l’histoire improbable de Lili, un radis tristoune.

Véridique !
Véridique !

Bon, là j’ai bien essayé le « finis ton assiette et tais-toi » mais ça n’a pas marché. Il a donc fallu vite inventer le pourquoi du comment. Ca donne un petit album d’une vingtaine de pages, illustré au crochet et au collage et dont la technique a été bien longue à mettre en œuvre… Choix d’un fond, crochetage des personnages, peinture et collage des décors, photographie du résultat, impression puis retravail des personnages. Pfff, avec en plus une imprimante qui fait des siennes, c’est pas facile tous les jours !!!

Bref, la prochaine fois, quelques visuels qui, comme je le mentionnais précédemment, font un carton auprès des p’tites mamies du quartier. J’espère quand même que ce sera un peu intergénérationnel, parce qu’à la base c’est quand même un album pour les enfants !

Bonne semaine,et  à bientôt.

Dans la tête d’une illustratrice

Bonjour tout le monde,

pas mal de boulot en ce moment, il faut fignoler l’exposition du 9 juin et préparer le festival du 14 juin. Mon exposition s’intitulera « Dans la tête d’une illustratrice : de l’idée à la conception d’un album jeunesse » et parlera de mon parcours pour arriver à faire imprimer deux petits albums jeunesse.

Elle se présentera sous forme de 6 panneaux imprimés sur bâche (35*70 cm) et de 13 originaux encadrés. Logiquement, il faudra 3 vitrines de commerçants pour l’accueillir puisqu’elle se décomposera ainsi :

Panneau 1 : qu’est-ce qu’un illustrateur / le local / le matériel/ les rencontres

3 originaux encadrés de Petit Homme

Panneau 2 : l’album Petit Homme / le fil conducteur / l’as de la récup’

illustrationpourlesenfants_expo_ussel2 expo_ussel1

——————

Panneau 3 : l’autoédition qu’est-ce que c’est ? / Le Petit livre des cacas, un album jeunesse autoédité

4 originaux du Petit livre des cacas

Panneau 4 : le fil conducteur / techniques utilisées / faire et refaire, c’est toujours illustrer

illustrationpourlesenfants_expo_ussel4 expo_ussel3

——————

Panneau 5 : D’où viennent les idées ? / Techniques utilisées / Comment se compose une illustration de Lili Radis

3 originaux de Lili Radis et 3 originaux d’ étiquettes de bière

Panneau 6 : illustrer c’est communiquer / techniques utilisées / communiquer, c’est prendre en compte le public ciblé

illustrationpourlesenfants_expo_ussel6

L’exposition reprend en partie le contenu de ce blog, mais en plus neutre pour que l’on apprenne des choses en général sur l’activité d’illustratrice et sur le parcours du combattant pour mener un projet à bout.

J’espère que cela plaira !

Radio RBA bonjour !

Et oui, la grande aventure illustrationpourlesenfants/radio RBA continue puisque ma collègue Alexia, l’auteure et moi-même avons de nouveau été conviées à Radio Bort Artense, pour enregistrer l’émission Fréquence Passion sur notre nouvel album. Jean-Claude, que nous connaissons bien, nous a interviewées pendant une bonne douzaine de minutes durant lesquelles nous avons pu parler du Petit Livre des Cacas.

La radio, en famille !
La radio, en famille !

Bilan :

* non, ce n’est pas un livre scatologique (pourtant, le mot aura été prononcé plusieurs fois pendant l’enregistrement !!!)

* oui, le livre est adapté aux touts-petits (ouf !), et pratique à emporter lorsqu’on va en balade en forêt : tu peux ainsi savoir dans quel cacas tu as failli marcher, quel son son vrai nom et qui l’a largué à cet endroit improbable de la nature.

* on peut toujours se le procurer via ce site, à la librairie Robineau ou même lors d’une journée dédicace le 14 juin au festival Zinzins de Lecture, à Ussel.

* Il reste 2-3 exemplaires dispo des Cahiers de Salomé, mais pas plus.

* Le prix est modique, le texte superbement écrit et les illustrations fantastiques. Mais ça c’est Jean-Claude qui le dit. Il a même ajouté que ceux qui ne nous connaissaient pas étaient bien malchanceux, c’est dire que le journaliste était acquis à notre cause d’avance.

* C’est toujours ATROCE de s’écouter parler. Je ne mets pas l’émission en PJ (parce que je ne sais pas faire), mais lors de l’écoute j’ai du boire un verre d’eau et manger un yaourt à la banane pour masquer mon trouble. Pfiou, pas tous les jours, hein !

* Ah oui, l’écoute : l’émission est diffusée le samedi 29 mars à 8h30, lundi 31 à 12h15 et mercredi 2 avril à 17h35. Pour ceux qui ont la chance de nous connaître mais pas celle d’accéder aux ondes de RBA, il y a un site internet où l’on peut non pas podcaster mais écouter en direct.

Voilà pour aujourd’hui. A la semaine prochaine !

En attendant, moi, je crochète des radis.

Nouveau projet : illustrer « Billie »

Bonjour-bonjour,

Aujourd’hui, un petit article après une longue séance de réflexion (oups, ça fume encore…) : comment illustrer la petite nouvelle que j’ai écrite ?

Le fil conducteur :

Je suis partie sur un format carré, parce que je trouve le rendu sympa. J’avais envie d’une bande de contour pour permettre deux parties sur une même illustration : une partie extérieure qui rappellerait les expressions liées à la nature utilisée dans le récit et une partie intérieure qui reprendrait exactement les moments clés de l’histoire.

Au niveau des couleurs, je pense à quelque chose d’assez épuré, qui ira bien avec le style carré et japonisant du bandeau, un peu comme sur des estampes, donc je pense me limiter à 3 ou 4 couleurs, plutôt « contemporaines » par contre : jaune moutarde, bleu canard et peut-être un vert.

A l’intérieur du bandeau, l’illustration sera, elle, en noir et blanc seulement, avec une reprise d’une des 3 couleurs autorisées, juste en touche.

Le challenge :

Réaliser les 8 illustrations, et travailler la partie » bandeau » et « nature luxuriante » à l’ordinateur. Ainsi, si ça ne fait pas « trop », je pense reprendre ce « cadre » sur la page de droite et y inclure le texte de la nouvelle. (Note : beaucoup trop de guillemets dans cette phrase, ça ne va pas du tout du tout !)

Les difficultés prévues :

Mais travailler à l’ordinateur, j’ai peur que ça me prenne des heures, étant donné que je bidouille avec Paint (bouh !!!) et Publisher (re-bouhhh !!!).

J’ai aussi peur d’être démotivée si les 1ers jets ne me plaisent pas…

En attendant, voici mon document de travail avec la découpe des illustration et un 1er essai de cadre, juste pour donner une idée (au final, ça ne sera pas exactement ça et en plus ce sera en couleurs, alors…)

Une intense réflexion pour... des gribouillis ?!?  Aahh bravo !
Une intense réflexion pour… des gribouillis ?!? Aahh bravo !

Des idées, des commentaires, des réflexions ? Je suis preneuse !!!