Décembre : sous mon sapin

Dans mon jardin il y a ce matin beaucoup de neige, ma table est désormais ornée d’un calendrier de l’Avent, hummm, ça sent bon les fêtes de fin d’année ! Ce qui veut aussi dire qu’il ne te reste plus que 24 petits jours pour (te) faire les cadeaux qui vont avec. Besoin d’une idée ? Chaque livre peut être dédicacé si tu me donnes un prénom.

livres noël 004

Livre accordéon Mémoire d’un poisson rouge : 12 euros / Recueils de poésies Arbre à lire et Arbre à rêver : 9,50 euros l’un, 15 euros en duo. Aussi disponibles quelques exemplaires de Souris Lili Radis, 6 euros. Frais d’envoi en sus, soignés et calculés au plus juste !

 

Publicités

Promo : interview radio

Bonjour-bonjour,

voici une interview réalisée dans les locaux de la radio locale RBA, le mercredi 30 avril 2016. Elle sera diffusée à la radio le vendredi 1er avril à 18h30, le samedi 02 avril à 08h30 et un dernier passage est prévu le mercredi 06 avril à 15h. Cette fois-ci je m’y suis rendue accompagnée par Françoise, l’auteur des poèmes de notre Arbre à rêver. C’est parti pour 10 minutes d’écoute !

 

Cliquez sur l'image pour écouter l'émission radio !
Cliquez sur l’image pour écouter l’émission radio !

 

 

Arbre à rêver : tout juste sorti de l’imprimerie

Oui, le voici enfin, encore blotti avec ses petits camarades dans son écrin de carton. Il est comme on l’avait espéré, et il se sera écoulé une huitaine de mois entre le moment où j’ai débuté les premières illustrations et l’arrivée par voie postale de l’album.

Le voici , fraîchement sorti de l'imprimerie
                                                    Le voici , fraîchement sorti de l’imprimerie

Le papier est très texturé, très épais, issu de forêts gérées, les illustrations rendent vraiment bien, on voit tous les relief, les parties origami sont bien mises en valeur (c’est la minute d’autocongratulation), on a quand même bien fait d’être insistantes lors des BAT électroniques.

Bref, chui bien contente ! L’album de poésie Arbre à rêver est désormais disponible au prix de 9 euros 50 cts, auprès de moi-même et via ce blog (remplir le formulaire ci-dessous.

Encore une aventure qui se termine, maintenant il va falloir la porter lors des manifestations littéraires de l’été (agenda bientôt à suivre.)

Bon, vous en pensez quoi ?

Arbre à rêver : le dur chemin vers l’impression

Bonjour-bonjour,

parfois, lorsqu’on a fini ses illustrations, passé du temps sur la mise en page et qu’on est prêt à envoyer (à se délester de ?) tout le boulot à son imprimeur, on a la sensation du travail bien fait, et on se dit qu’on touche à la fin. Et parfois, non.

Dans notre cas à nous, le PDF est bien terminé et envoyé à l’imprimeur. Depuis quelques jours déjà. Mais rien n’est encore imprimé, non, non : il faut d’abord valider le BAT (Bon A Tirer) électronique. Et c’est là que commencent les ennuis. Voici donc ce que nous recevons :

imprimeur_montage1Toutes les feuilles en bas à gauche des poèmes apparaissent en noir, une illustration entière est noire et une autre bien trop pixellisée. Alors que voici ce que nous avions envoyé :

imprimeur_montage2

Et 3 BAT électroniques se sont enchaînés sans rien y changer. Tant que nous ne donnons pas notre accord, l’impression ne peut être lancée. Tant que ces défauts apparaissent, nous ne pouvons donner notre accord.

Le cas de la couverture : on pourrait penser que c’est plus simple, sauf que forcément nous avons choisi une couverture à 2 rabats internes, un de 3,5 cm et un de 5 cm. Il faut prendre en compte l’épaisseur du livre (le dos, 4 mm) et tout autour prévoir 3 mm de fonds perdus. On a tout bien fait tout comme on nous a dit. Et bien l’imprimeur se mélangeait les pinceaux entre les mm et les cm (j’avais prévenu qu’on parlerait changement d’échelle), et s’attendait à une couverture totale d’une cinquantaine de cm alors que la nôtre fait 29,7 cm !

Parfois, cependant, les problèmes de compréhension ont du bon : à force de se casser la tête, de s’envoyer des mails et de se téléphoner pour rien, nous avons repris le fichier, encore une fois en entier, à tête reposée avec Françoise. Et là on s’est rendue compte qu’il y avait des illustrations et même la couverture en entier que nous avions oublié de mettre en fond transparent ! Ce qui veut dire que nous aurions choisi un beau papier recyclé dont la couleur « bis » aurait été  placardée de blanc à l’impression !!! Heureusement que nous avons eu l’occasion de tout reprendre grâce aux défauts du BAT !

Et la prochaine fois, on le voit ce livre ?

 

Arbre à rêver : l’Arbre Totem

Bonjour à tous,

on continue la découverte du recueil de poème Arbre à rêver, avec cette fois-ci le texte et l’illustration de l’Arbre Totem :

A cet instant précis / Où le soleil rouge glisse vers la nuit /Et que l’ombre grandit /Puis disparaît sans bruit /Tout se fige dans la pénombre, /La vie, le temps. /C’est le moment sombre, /Le monde attend.

Puis imperceptiblement, / La brume aux parfums de terre s’élève / Et délicatement / Fait naître les rêves. / L’étoile du berger s’allume, / Réveille la lune assoupie / Et sous la lueur dorée / Les contours de l’arbre irradient.

Le peuple de la forêt / Vient honorer l’Arbre sorcier. / Le hululement de la chouette l’encense, / Le ballet des chauve-souris commence… / Alors, Ami du ciel et de la terre, / L’Arbre extraordinaire / Murmure sa poésie / A l’oreille des esprits.

Françoise Persiani

Voici donc l’illustration que je propose :

L'Arbre Totem
                                      L’Arbre Totem

J’avais envie de quelque chose qui fasse Amérindien, je suis partie sur l’idée de l’attrape-rêves qui attraperait les murmures de poésie des esprit, et comme le format du livre est tout en longueur j’ai opté pour un cadre rectangulaire et non rond, avec au centre l’arbre totem. Les fils qui retombent de cet attrape-rêve terminent par des feuilles en origami. Je voulais mettre quelques perles juste avant les feuilles, mais j’ai oublié et là tout est cousu et collé. Donc on reste sobre par inadvertance !

Il y a 12 illustrations en tout à réaliser, plus la couverture. J’en suis à 8, ouf !

Dans le prochain article, je vous montrerais -entre autre- comment fabriquer une citrouille en origami. si c’est pas du teasing de folie, ça…

Nouveau projet : Arbre à rêver

Bonjour,

voici le projet sur lequel je travaille en ce moment : je dois illustrer 12 poèmes sur les arbres, écrits par Françoise Persiani et compilés dans le recueil Arbre à rêver. Pas évident d’illustrer des poèmes, surtout qu’il faut garder une unité pour avoir un livre final cohérent et agréable à l’oeil…

Pour arriver à cela, je me suis fixée des contraintes (ben oui, travailler sous contrainte je trouve cela plus simple…) : ajouter dans chaque illustration une touche de couture et de l’origami.

Je n’ai jamais fait d’origami auparavant, alors pourquoi ai-je eu cette subite illumination, allez savoir. Toutefois je me suis posée plusieurs fois cette question au cours de l’été alors que je réalisais ces p****** de pliages, exactement comme expliqué sur le diagramme, sauf qu’en vrai ça ne marche pas. Ou pire : tu lis le diagramme, tu y arrive du 1er coup sur ton papier moche pour pas gâcher le beau, tu sors ton beau papier de couleur et là, ça ne marche plus jamais. Origami, horriblegami, ouais !

Bon, après j’ai respiré plusieurs fois longuement, je me suis calmée et finalement ça vaut le coup, c’est joli, je vais même tenter des ateliers origami auprès des Zélèves, c’est vous dire.

Toute cette introduction pour vous montrer une des 7 illustrations finalisées, qui correspond au poème intitulé Noces de bouleaux :

Noces de bouleaux
  Noces de bouleaux

Robe de mariée et cravate en origami, fond gouache pastellisante, feuilles cotillons en laine et collage de forme bouleau. Les couleurs sont moins fadasses en vrai, j’espère qu’on arrivera les retrouver au moment de l’impression.

Concernanr la forme, j’ai respecté le souhait de l’auteure qui voulait des illustrations rectangulaires et élancées, car elle a déjà publié un 1er recueil de poésie, Arbre à lire, et pensait donc mettre en place une sorte de collection.

Qu’en pensez-vous ?