Mon sac Sioux 3/3

Suite et fin de l’aventure Sioux. Maintenant, pour quand on ira là-bas :

Trois tipis dans la nuit. Et un sac qui claque en plein jour !

Trois tipis dans la nuit. Et un sac qui claque en plein jour !

Toi et moi, on sera parée !

La fin du tuto : réaliser au crochet et avec la même laine l’épaisseur du sac : monter 20 mailles en l’air au crochet n°5, et faire 2 rangs de demi-brides. À réaliser en 2 exemplaires, et à coudre au sac (j’utilise un crochet plus petit, et des mailles serrées).

Pour la bride, on fait tout pareil : des mailles en l’air au crochet n°5 sur la longueur souhaitée, puis un retour en demi-bride. Ensuite j’ai utilisé un crochet plus fin, une laine plus foncée et j’ai crocheté un tour complet en demi-bride. Arrête tout, rentre tes fils et attache ta bride à ton joli sac

J’ai fini en rehaussant les côtés du sac par un rang de mailles serrées avec la laine plus foncée, pour contraster. Et toi ?

Mais d’après moi il manque un petit quelque chose sur le devant du sac : broderie de plumes ? Mini attrape-rêves ? Vraiment j’en fais toujours trop et je devrais m’arrêter là ?

J’espère que mon tuto t’aura servi, je ne suis pas contre quelques photos de réalisation, ça fait toujours plaisir !

A bientôt, pour tout autre chose…

Tuto : mon sac Sioux, 2/3

Bonjour-bonjour,

voici la suite de la saga Amérindienne de l’été, parce que des fois on se retrouve là :

De gauche à droite : Perle de rosée, Graine de bison et Yakari. Sur la 1ère image tu peux apercevoir la main de Queue de Coton.

De gauche à droite : Perle de rosée, Graine de bison et Œil d’Aigle. Sur la 1ère image tu peux apercevoir la main de Queue de Coton.

Matériel :

Deux rectangles de tissu pour la doublure (42*23 cm et 12*22 cm), une fermeture éclair, un morceau de biais de couleur assortie au tissu, un morceau de cuir préalablement frangé.

Comment on fait ?

T’es prête ? Tu couds le biais sur la partie la plus large du petit rectangle (n°1). Tu définies les largeurs de pochettes qui te seront utiles à l’intérieur du sac (perso 8 cm pour le téléphone, 3,5 cm pour le stick à lèvres et le reste pour le permis de conduire, la carte d’identité et un petit carnet), tu positionnes le petit morceau de tissu  à 20 cm du haut du grand, biais en haut, puis tu couds les coutures verticales des pochettes (n° 2, 3 et 4). Pense raccourcir la profondeur de la pochette n° 3 par une couture horizontale (sinon c’est la galère pour récupérer ton stick à lèvres !). Tu fais un rentré intérieur sur le bas du petit rectangle et tu couds.

Tu positionnes ta fermeture éclair dans la partie haute rectangle de tissu (n° 5. C’est là que tu rangeras désormais tes serviettes hygiéniques et tes tampons. Ça sera plus jamais la loose quand tu veux juste sortir un crayon de ton sac et que tout s’étale). Tu couds tant bien que mal (plutôt mal pour ma part).

Tu fais des rentrés sur les 4 côtés du grand rectangle et tu prends « en sandwich » les côtés du petit rectangle, tu repasses bien (là c’est important).

Tu positionnes ton tissu sur le rectangle crocheté les soirs précédents, tu mets tes piquettes et tu commences par coudre la longueur de gauche. Tu continues par le bas, la longueur de droite et là tu n’oublies pas d’insérer ta frange en cuir entre la partie crochetée et le tissu de doublure intérieure (n°6). Tu dis bien des gentilles choses à ta machine à coudre, tu pries pour avoir assez de fil dans ta canette et pour ne pas casser ton aiguille, tu termines.

Pfiou, quand même, t’as bien sué, tu mérites d’arrêter là pour cette fois. Si le cuir dépasse, tu le coupes. Si l’envie t’en prends, tu commence déjà à ranger des p’tites affaires dans les pochettes. C’est cute !!!

Suite et fin la prochaine fois, c’est l’été indien…

 

 

Tuto : Mon sac sioux, 1/3

Bonjour-bonjour,

Aujourd’hui je te propose un petit projet estival, à suivre cet été, parce que des fois on se retrouve comme ça :

Dans la famille Sioux, je demande le père, la mère, le fils et la fille

Dans la famille Sioux, je demande le père, la mère, le fils et la fille (mais si, cachée derrière sa sucette !)

Or ce jour là, il me manquait le petit sac qui va bien. Nuuuuul ! Ça t’est aussi arrivé ? Pas de soucis, on va se le faire pour la prochaine fois !

Matériel :

2 pelotes de laine ou coton de couleur naturelle, un crochet n° 5 pour aller vite, une chute de cuir taillée en franges, du tissu assorti pour la doublure.

Comment faire ?

Avec le crochet, monter 29 mailles en l’air. Tourner puis crocheter un long long rectangle en demi- brides (pour ma part 42 cm de long).

Hey, c’est déjà la fin de la 1ère étape, et ça te prendra bien 2 ou 3 soirées télé.

Pour la prochaine fois, vérifie bien que ta machine à coudre est de bonne humeur. À bientôt !

 

 

Atelier tuto « A l’ombre de mon arbre »

Bonjour-bonjour,

voici le dernier atelier de la saison, présenté lors de la fête du bois de Liginiac, dimanche dernier. Et bien sûr toujours en rapport avec notre album Arbre à rêver que nous dédicacions sous une chaleur torride. Bon que faut-il pour réaliser ce petit tableau champêtre ? Et bien une cartonnette, qui fera office de fond. On peut la peindre avant, ou non. Du papier coloré un peu épais pour faire l’arbre, des petits carrés de papiers colorés pour faire les feuille en origami, de la ficelle, des éléments naturels récoltés dans la nature (petites branches, galets, écorce…) pour le décor.

Après c’est tout simple : on dessine son arbre, on le colle. On réalise moult feuilles colorées que l’on colle autours de l’arbre. Avec les galets, on fait soit un personnage, un animal, un ballon qui s’envole… et on complète le dessin avec un marqueur. Avec les branches on invente un décor. En une bonne demi-heure, c’est fait, à partir de 5 ans. Et la condition sine qua non pour que fonctionne cet atelier : de la colle liquide qui colle et vite, indispensable !

Voici quelques photos :

Oh les p'tits enfants appliqués !

Oh les p’tits enfants appliqués ! Ouh, mais on le connaît le p’tit dernier…

Peau de pêche + sourires enjôleurs = signes d'un atelier réussi !

Peau de pêche + sourires enjôleurs = signes d’un atelier réussi !

Mon p’tit truc en plus : pour faire tenir le pliage des feuilles origami, rien de tel qu’un petit peu de scotch double face.Hey, l’air de rien voilà que je me dévoile à toi Lecteur !

On a donc eu des arbres rouges, bleus et marrons, des chats, des ballons qui s’envolent, des hamac, une cabane tout bois avec porte et fenêtre, un dormeur dans un arbre. C’est qu’ils sont inventifs ces petits ! Par contre comme il n’était pas prévu d’horaire précis pour l’atelier  on a eu sur la journée 2 X 2 enfants, puis 8 d’un coup, à un quart d’heure de la fin. Hé oui, on peut pas prévoir…

Belle journée, bel été ! Le prochain article sera plus… sioux !

Illustration : la relève

Dimanche 26 juin, nous sommes allés au concert de Bror Gunnar Jansson, un bluesman suédois qui a terminé sa tournée française par la petite ville de Liginiac, en Haute-Corrèze, avant de repartir sur d’autres cieux plus internationaux. Bon, c’est comme ça et c’est tant mieux parce que Bror Gunnar Jansson, c’est quand même du haut de gamme de chez haut de gamme.

Je l’avais fait écouter sur internet à mon Garçon, qui s’est dit avant de partir « Tiens, je vais lui faire un dessin, à Bror » (oui, il est comme ça, il appelle tout le monde par son p’tit nom. Dark Vador, c’est Dark, et Harry Potter c’est Harry. Alors Bror Gunnar Jansson, c’est Bror).

Et forcément, il est allé lui donner, sinon ça sert à rien de faire un dessin.

Bror2Et voilà ! Et comme Bror était tout touché qu’un p’tit gamin de Haute-Corrèze lui ai tiré son portrait (avec une tête de nounours en haut, c’est facile à repérer, y a marqué TEDI BR, parce que le petit artiste est aussi bilingue…), et bien il l’a fait monter sur scène à la fin pour tester sa batterie.

Si tu veux savoir à quoi ça ressemble du très bon blues, c’est ici :

https://brorgunnar.bandcamp.com/

La prochaine fois, on parle d’un nouvel atelier sur… les arbres ? oui ! Avec de l’origami ? Oh que oui !!!

 

Zinzins de lecture !

Une photo, un rapide retour sur le festival des Zinzins de lecture, à Ussel. C’était vraiment bien ! De chouettes rencontres, un public curieux et intéressé, bref encore un bon moment !

En bilan tout de même : c’était mon 1er atelier aux Zinzins. C’était très sympa mais trop court. Ce qui était bien, c’est que j’ai pu filer mon tuto à un gentil Zauteur qui souhaite lui aussi mettre en place un atelier attrape-rêve. L’hébergement : encore une fois, on est tombé sur un super sympa (en fait le même à qui j’ai donné mon tuto Toi aussi fabrique un attrape-rêve nature)! Nous avons eu Christos à la maison le mercredi soir, avant de l’envoyer rencontrer des petits écoliers cantalous (dont mon Grand Garçonnet) puis de l’expédier au fin fond de la Haute-Corrèze. Dédicaces : et bien encore une fois on a bien vendu notre Arbre à rêver ! A ce rythme-là, y en aura plus à la fin de l’été… Organisation : bon ben j’ai oublié de ramener le fromage pour le repas des Zauteurs et bénévoles le samedi midi. Résultat : on a 3 kg de Salers bio vieux au frigo. Heureusement il y a toujours un Zinzin qui traîne avec une bonne idée en tête : une tarte moutarde, lamelles de Cantal, tomates confites, herbes de Provence. Chui sauvée et je vais bien manger tavu !

blog_Zinzins !Toute la petite famille est venue passer la journée aux Zinzins. Et les enfants ont l’air… ravis ? Concentrés ? Fatigués ? Dubitatifs ? (rayer la mention inutile)

Tuto : réaliser un attrape-rêve poétique

Bonjour-bonjour,

voici aujourd’hui un nouveau petit tuto testé lors du festival des Zinzins de lecture à Ussel : l’attrape-rêve poétique. Bon, là c’était un peu audacieux comme atelier : beaucoup de couture pour des petits enfants. En fait il y avait soit 4 enfants en trop, soit une demi-heure de manque. Mais tout le monde est reparti avec son attrape-rêve terminé (enfin avec quand même 2-3 points de colle à rajouter à la maison), et c’est le plus important.attrape-reve

Voici donc peu ou proue la marche à suivre :

Matériel : branche de bois souple, laine de couleur naturelle, papier, carton, perles et plumes, aiguille à coudre

 

  1. Avec les 3 carrés de papier couleur, réalise 3 feuilles en origami (oui, sur le croquis il y en a 5 mais j’ai déjà dit que c’était audacieux comme atelier). Perce-les au sommet grâce à l’aiguille.
  2. Choisi une couleur de laine et entoure plusieurs fois la branche souple avec. Cela permet de lui donner une forme bien ronde.
  1. Dessine dans un carton une forme d’arbre (de feuille, d’oiseau….). Découpe-la et perce des trous avec l’aiguille sur le contour, tous les centimètres.. Écris dessus une jolie phrase qui te plaît, ou des mots que tu aimes. Certain ont opté pour un « bonne fête Papa » ou ont dessiné des cerises et des pommes. D’autres ont été inspirées et nous ont écrit cette sentence quasi-nervalienne : le chant de la frêle grive dans la brume du matin. Mais ces Autres-là étaient adultes.
  1. Avec ton aiguille et ta 2e couleur de laine, couds ta forme d’arbre au centre du cercle (c’est trèèèèèès long pour un petit)
  1. Coupe 3 fils de laine : 1 de 30 cm et 2 de 20 cm. Plie-les en deux et noue-les vers le bas de ton cercle (le plus long au centre, puis de chaque côté extérieurs les 2 plus courts. Dispose sur chaque double brin les perles, insère à chaque bout ta feuille en origami et une plume. Colle les 2 parties de la feuille en origami pour lui donner sa forme de feuille.

Comment réaliser la feuille ?  C’est très simple : il faut des carrés de papier de couleurs assorties (3 ou 5).

  • Plier le carré en 2 pour obtenir un triangle.
  • Le positionner devant soit base en bas puis le plier de fines bandes en accordéon du bas vers la pointe.
  • Plier la bande obtenue en 2, au milieu, percer la base de la feuille.
  1. Avec un brin de laine, fabrique une attache en haut du cercle et enfile une perle.Tu te servira de cette attache pour faire pendre ton attrape-rêve au dessus de ton lit et fini les mauvaises nuits !

    blog_attraperêves

    Pour le festival des Zinzins de lecture, on avait remplacé la feuille du bas par des feuilles en origami, pour coller au plus près de notre album Arbre à rêver